Rechercher
  • leclerecatherine

Être parent d’ado.

Votre enfant s’énerve pour un rien ; passe la plupart de son temps dans sa chambre ; il est « scotché » à son portable ; vous adresse à peine la parole, … Votre entourage vous dira : « il entre dans sa crise d’adolescence… Good luck ! »

Le mot « crise » est porteur d’une notion négative et relativement péjorative. L’adolescence serait un mauvais moment à passer qu’il va falloir traverser tant en tant que parent qu’en tant qu’enfant.

En effet, votre enfant va subir une série de transformations qui vont l’inquiéter et même l’angoisser. Pourtant, il ne les a pas demandées et quoi qu’il lui en coûte, il va devoir les subir…

L’adolescence se marque, tout d’abord, par d’importants changements corporels. Ces changements sont bien entendu visibles mais surtout très rapides. Cela inquiète votre adolescent mais, ce n’est pas pour autant qu’il osera en parler. Il va devoir apprendre à apprivoiser ce nouveau corps, ce corps qui lui est étranger. Ces changements corporels s’accompagnent par l’apparition de pulsions que l’adolescent a parfois du mal à contrôler. Il aura alors tendance à extérioriser ces débordements de pulsions par de l’agressivité envers ses proches (parents, frères, sœurs, …).


Si votre ado a constaté ses changements corporels, il n’est pas le seul : vous, ses parents, les profs, la famille,… La société tout entière l’a vu se transformer. A partir de là, il ne sera plus considérer comme un enfant.

La période de l’adolescence est donc bien ce passage du monde de l’enfance à celui de l’adulte. Néanmoins, l’enfance reste essentiel car elle représente les bases de cet individu en construction. C’est à partir de tout ce qu’il aura intégré, durant son enfance, que l’adolescent va élaborer sa façon de penser, de réfléchir et d’agir. En bref, ses élaborations vont reposer sur ce que ses parents lui auront appris. Là, se situe un des grands paradoxes de l’adolescence : autant ses valeurs et ses croyances lui viennent de l’éducation de ses parents autant il va repousser avec force ces derniers par notamment des conflits relativement récurrents.


Il est fréquent et normal que l’adolescent soit déçu par ses parents et que des disputes éclatent. Régulièrement, on les entend dire : « Ils ne comprennent pas ce que je ressens » ; « Y’a jamais moyen de parler avec eux ! » ; etc. Il s’agit là du processus de différenciation qui s’opère entre les parents et l’adolescent. Il veut également montrer qu’il grandit et qu’il a ses propres opinions.

C’est le moment où il fait aussi le deuil de ses parents idéalisés durant son enfance et dont il était dépendant. L’adolescent va alors se mettre à rechercher à l’extérieur de sa famille un modèle de référence qui représentera son idéal et lui permettra de construire son identité.

Malgré que cela inquiète et déçoive les parents, il est important que ces derniers donnent la permission à leur adolescent de se différencier d’eux et l’autorisent à avoir sa vie à lui, à devenir autonome.


Ce n’est pas pour autant que les parents doivent éviter les conflits et aller systématiquement dans le sens de leur adolescent. Le conflit permettra à l’adolescent de s’affirmer en tant que personne différente de ses parents ; de forger ses propres convictions. Ne pas s’opposer à son ado pourrait être interpréter comme étant un désintérêt, voire même comme de l’abandon de la part de ses parents.


A l’adolescence, les parents vont donc devoir complètement réinventer leur rôle. Néanmoins leur responsabilité première est d’établir des principes, des règles et des limites. Ce sera également le rôle des parents de démontrer les valeurs de ces règles et limites afin de leurs donner un sens.


Nous l’avons vu plus haut, l’adolescent va s’opposer aux règles et aux limites de ses parents. Ces dernières ne devront en aucun cas être faillibles car elles sont fondées sur des principes et des valeurs sur lesquelles l’adolescent va se référer pour se construire.

De plus, les limites vont constituer des balises, des barrières symboliques au sein desquelles l’adolescent va pouvoir faire ses propres expériences en toute sécurité. Elles revêtent donc un aspect rassurant.


Vous l’aurez compris être parent d’ado n’est pas chose aisée. Il faut pouvoir faire preuve de grande empathie et de compréhension, tout en gardant le cadre et les limites et surtout en maintenant coûte que coûte le dialogue.

Beaucoup de parents peuvent se décourager et c’est tout à fait compréhensible. Ils pensent faire le maximum pour leur ado, se dévouer corps et âme et pourtant ils se voient malmener, critiquer par leur ado. Rien n’est jamais bon ! Pourtant, il faut continuer à tenir bon car c’est bien dans cette confrontation que l’adolescent se construit.

Lorsque la période de l’adolescence sera finie, vous serez très certainement fier(ère) de l’homme ou de la femme qu’il/elle sera devenu(e). Et c’est bien parce que vous aurez tenu bon qu’il sera un adulte équilibré et bien dans sa peau !


72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout